Conseils d'écriture pour écrivains pas encore chevronnés

6 Conseils pour reprendre l’écriture

Il y a ce manuscrit quelque part dans un tiroir auquel vous pensez par intermittence. Quelque chose vous dit que c’est un best seller endormi. Mais ça fait longtemps, trop longtemps qu’il traîne et vous ne savez même pas par où commencer? Voici mes petits conseils pour reprendre l’écriture de votre manuscrit en douceur.

 

Relancez la machine : écrivez partout!

Quand ça fait un moment qu’on a posé sa plume, ça peut devenir difficile de reprendre l’écriture d’un roman. On se croit rouillé et on pense que c’est trop tard. Mais non, ma bonne dame, bien au contraire.

Ecrire, c’est comme le vélo ou la balançoire : ça ne s’oublie pas.

Reprendre l’écriture, c’est parfois aussi s’autoriser quelques heures ou quelques jours d’échauffement, simplement pour noter des phrases en vrac, des idées, des lignes de dialogue, etc. Personnellement, quand j’ai voulu me replonger dans mon manuscrit, j’ai commencé par noircir des post its et des pages vierges pour remettre de l’huile dans les rouages.

En très peu de temps, l’écriture redevient aussi instinctive que vitale dans le quotidien, et les mots ne font plus aussi peur!

 

Prévoyez des temps dédiés

Trouver le temps d’écrire, même si on a la passion et l’envie, ça peut paraître juste impossible.

Quand je décide d’écrire, il faut que j’y consacre au minimum 30 minutes où je ne fais que ça.

Et c’est pour ça que je prévois à l’avance à quelle heure et combien de temps je vais m’y consacrer chaque jour en fonction de mon emploi du temps.

Je fais le vide autour de moi, je m’enferme quelque part, avec ou sans musique, un petit thé et une petite bougie et quelques pièges à souris devant la porte au cas où quelqu’un oserait me déranger.

 

Ayez une trame

L’écriture peut paraître très instinctive : on sait comment on veut écrire, on voudrait se laisser entraîner par la douceur des mots comme sur une rivière…

Eh bien non.

C’est très bucolique, mais en vrai de vrai, c’est aussi un bon tas de conneries.

Ecrire, c’est difficile.

Fabriquer une intrigue qui tienne debout, c’est difficile.

Le mieux, c’est de savoir dans quelle direction vous allez.

Pas nécessairement besoin de faire une trame très détaillée, mais savoir où on va et comment, va permettre d’avoir une vision d’ensemble de ce qu’on fait et aussi éviter le terrible moment de la page blanche.

 

Réalisez que c’est difficile

Ecrire un roman est de la sueur, du sang, des crises de larmes, de l’hystérie. Des moments où se dit que ça serait quand même sympa de balancer son ordinateur dans les chiottes.

Parce que même si l’engouement et la volonté sont présents, il faut aussi et surtout une détermination et un mental de fer.

Ecrire demande une implication constante, de la remise en question et peut-être un peu de Xanax.

A partir du moment où vous prenez conscience que c’est loin d’être une promenade de santé, vous comprendrez que non, vous n’êtes pas nuls! Mais que c’est une tache complexe que d’écrire un livre, surtout si cela fait un moment qu’on a lâché l’affaire.

 

Et vous, quelles sont vos astuces pour vous remettre dans le bain?
Share Button

Leave a Reply